Phoenix

Le monde et le pouvoir
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'Iran...actionnaire dans le nucléaire français?

Aller en bas 
AuteurMessage
Hussard



Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 12/10/2005

MessageSujet: L'Iran...actionnaire dans le nucléaire français?   Jeu 23 Mar 2006 - 2:09

Bonjour,

Je vous fais suivre un mail reçu d'un ami mais dont la véracité ne semble pas totalement vérifiée.
Si les faits sont vrais, qu'en est-il actuellement?

Cordialement,

Hussard

--------------------------------

Nous avons de quoi être concernés de près par l’Iran à travers Eurodif. Si la France condamne actuellement le programme nucléaire iranien, il faut noter ironiquement que c’est elle qui en est à l’origine. Donc il y avait un moment où il était utile d’aider l’Iran et un autre maintenant où c’est très dangereux ?

Rappelons que les actionnaires d’Eurodif (créé en 1973) sont la France, la Belgique, l’Italie, l’Espagne, et… l’Iran. A ce titre l’Iran reçoit 10 pour cent de l’uranium enrichi produit dans la centrale du Tricastin (que quelqu’un me contredise si ce n’est plus le cas maintenant!) Rajoutons que l’Iran s’est équipé de centrales nucléaires de fabrication… américaine vendues par la France et l’Allemagne. C’était au temps du Shah. Après 1979 et la révolution islamiste, la France refuse à l’Iran d’exercer son actionnariat.

La France arrête pendant dix ans la fourniture de combustible et cesse de rembourser sa dette d’un million de dollars prêtés par l’Iran au CEA pour la construction d’Eurodif. Il est délicat de juger le bien-fondé de cette rupture de contrat ; d’ailleurs la France a-t-elle ignoré le changement qui allait s’opérer quand l’ayatollak Khomeny préparait comme par hasard sa prise de pouvoir depuis sa résidence en France ?

Il est vrai que le contentieux avec l’Iran concerne assez directement Jacques Chirac : Il y a les trois attentats de Paris en 1986, la négociation menée par Jacques Chirac premier ministre pour le retour des otages en 1988, en échange de la reprise de l’actionnariat de l’Iran dans Eurodif. Le retour des otages s’est fait entre les deux tours des élections présidentielles, ce qui a été interprété par certains comme une volonté de dévaforiser la candidature de Jacques Chirac.

Aujourd’hui, alors que la France s’est opposée à la guerre d’Irak, on remarque que la France (accompagnée de l’Allemagne) s’aligne sur les positions des Etats-Unis et de l’Angleterre, qui comdamnent le programme nucléaire iranien (belle hypocrisie), menacent l’Iran, voire mettent tout en place pour la préparation d’une guerre avec des frappes nucléaires, même si cela semble une folie irresponsable.

Il serait donc temps que les gouvernements européens dépassent leur contentieux passé et choisissent la voie raisonnable - et démocratique - pour sortir d’une crise qui recouvre des enjeux de pouvoir mondial. Car les populations sont défavorables à la poursuite de conflits au moyen-orient. Il ne faudrait pas que les vendeurs de nucléaire (ou de pétrole !) se parent de la vertu pacifique qu’ils n’ont jamais eue pour nous montrer une fausse route.

Jean-Louis Ramel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fritz
Admin


Nombre de messages : 147
Date d'inscription : 24/09/2005

MessageSujet: Re: L'Iran...actionnaire dans le nucléaire français?   Jeu 23 Mar 2006 - 8:11

Bonsoir Hussard,


Concernant le nucléaire en général et le nucléaire iranien en particulier,
il est clair que la France - et en particulier Jacques Chirac - tient un rôle essentiel.

Hélas, je n'ai guère le temps de creuser le sujet.
Il est cinq heures du matin et je travaille sur une enquête
sur les élections législatives ukrainiennes de dimanche prochain.

Tout ce que je peux dire dans l'immédiat - au risque de me tromper -
est que les dires de votre correspondant me semblent sonner juste
- je ne me prononcerai cependant pas sur les jugements moraux,
qui relèvent de choix personnels.

Au sujet du nucléaire au Moyen Orient, je me permettrai, dans l'immédiat,
de suggérer la lecture du livre Noir Chirac, de feu François-Xavier Verschave
(éditions Les Arènes, 2002), et plus particulièrement de son chapitre 1,
Prolifération nucléaire, pages 21 à 32.

Ce chapitre se base essentielllement sur les travaux de Dominique Lorentz.




Fritz.










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thermic



Nombre de messages : 58
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 18/09/2005

MessageSujet: Re: L'Iran...actionnaire dans le nucléaire français?   Dim 2 Avr 2006 - 23:57

Bonjour à tous,



Voici quelques lignes qui semblent apporter un peu d'eau au moulin.
Mais à prendre avec le recul indispensable lorsque l'info émane d'un site comme celui-ci:





Le contentieux Eurodif
01.08.2005

Pendant dix ans, l’Iran a été en guerre contre la France. Assassinats, prises d’otages, attentats meurtriers : des centaines de français ont payé de leur vie. La clé de l’énigme. est le contentieux Eurodif.

1956 : Début de la coopération nucléaire franco-iranienne

- Octobre 1961- Voyage officiel du Chah à Paris. Il visite les centres nucléaires français dans lesquels sont formés les physiciens iraniens.

- Octobre 1963 - Voyage officiel du général de Gaulle en Iran.

- 1964 - Les Etats-Unis fournissent à l’Iran son premier réacteur de recherche.

- Juin 1974 - Voyage officiel du Chah à Paris. Le Président Giscard d'Estaing et le souverain iranien annoncent que leurs pays s'engagent dans une vaste coopération nucléaire. .... La France vend à l'Iran des centrales américaines Westinghouse (via l'entreprise Framatome) et divers équipements. En parallèle, l'Allemagne vend elle aussi des centrales américaines à l'Iran. Les Etats-Unis s'engageront un peu plus tard à en livrer 6 à 8 au Chah. Le programme iranien porte sur une vingtaine de centrales. Par ailleurs, l’Iran entre auprès de la France dans le capital d’Eurodif, le consortium européen d'enrichissement de l'uranium qui sera bâti à Pierrelatte. Il acquiert de ce fait le droit d'enlever 10 % de la production (à des fins civiles) de l'usine (qui couvrira à elle seule 1/3 des besoins mondiaux). Il prête 1 milliard de dollars à la France, par le canal du Commissariat à l'énergie atomique (CEA). Le remboursement de cette somme doit commencer l'année de la mise en service d'Eurodif, en 1981.

- Décembre 1974 - Voyage officiel de Jacques Chirac en Iran. Le Premier ministre français et son homologue iranien, Hoveyda, signent l'accord Eurodif.

- Octobre 1976 - Voyage officiel du Président Giscard d'Estaing à Téhéran. A la même époque, Carter remet en question l'armement conventionnel de l'Iran, tandis que le Chah se plaint de n'avoir pas reçu les centrales nucléaires commandées à Framatome.

- Octobre 1978 - La France accueille mollah Khomeiny à Neauphle-le-Château, d'où il conduit la dernière phase de la Révolution Islamique.

- 5 au 7 janvier 1979 : Au Sommet de la Guadeloupe, Carter et ses alliés français et allemands décident d’apporter leur appui à Khomeiny et ses alliés.

- 11 janvier 1979 - Le départ du Chah est annoncé depuis Washington par le Secrétaire d'Etat américain Cyrus Vance.

- 1er février 1979 - Khomeiny rentre en Iran à bord d’un avion d’Air France.
1979-1981 : Début du Contentieux Eurodif & les Attentats

- 1er avril 1979 - Khomeiny proclame la République islamique. A la même période, les Iraniens reprennent l’exploitation de leurs gisements d’uranium.

- 9 avril 1979 - Khomeiny rompt le contrat de fourniture de centrales nucléaires passé avec la France. Mais il maintient celui conclu avec l’Allemagne pour la construction de la centrale de Bushehr, et confirme l’actionnariat de l’Iran dans Eurodif.

- 1979-1980 - La France refuse de laisser l'Iran exercer son statut d'actionnaire d'Eurodif. Les deux pays déposent des recours devant des tribunaux internationaux. Début du contentieux Eurodif.

- 4 novembre 1979 - Prise d’otages de l’ambassade des Etats-Unis à Téhéran.
- 18 juillet 1980 - Tentative d’assassinat de Bakhtiar, l’ancien 1er ministre du Chah.
- 4 novembre 1980 - Carter est battu, Reagan est élu Président des Etats-Unis.

- 1981 - Mise en service de l'usine Eurodif. Les Iraniens réclament l’uranium enrichi auquel ils ont contractuellement droit. Les Français refusent. Les échéances de remboursement du prêt d’un milliard de dollars sont placées sur un compte bloqué.

- 20 janvier 1981 - Reagan prête serment. Au même instant, les otages sont libérés.
- 5 février 1981- Double attentat contre Air France et TWA, à Paris.
- 8 mai 1981- Mitterrand est élu Président de la République.
1983-1986 : Les Otages du Liban & Les Attentats de Paris

- 23 octobre 1983- A Beyrouth, double attentat contre le quartier général des Marines américains (241 morts) et l’immeuble Drakkar abritant des soldats français (58 morts).
- Printemps 1985 - Premières prises d’otages de ressortissants français au Liban.
- 3, 4 et 5 février 1986 Attentats à Paris.
- 16 au 20 mars 1986 Attentats à Paris.
- 20 mars 1986- Mitterrand nomme Chirac Premier ministre.
- 1er au 17 septembre 1986 - Attentats à Paris.
Fin du Contentieux Eurodif

- 7 novembre 1986- 1er versement officiel de 330 millions de $ par la France à l'Iran.
- Au même instant, assassinat de Georges Besse, le fondateur d’Eurodif.

- Décembre 1987 - 2eme versement officiel de 330 millions de $ par la France à l'Iran.

- 24 avril 1988 -1er tour des élections présidentielles. (en faveur de Mitterrand).
- 5 mai 1988 - Retour des derniers otages français au Liban, accueillis à l’aéroport par le Premier ministre Jacques Chirac !

* 6 mai 1988 - Publication par Matignon d'un accord signé par le Premier ministre Jacques Chirac et son homologue iranien, dont la condition de réalisation est le retour des derniers otages du Liban, et qui prévoit le rétablissement du statut d'actionnaire de l'Iran dans Eurodif et la livraison « sans restriction » d’uranium enrichi à Téhéran.

- 8 mai 1988 - François Mitterrand est réélu.
- 3 février 1989 - Voyage officiel de Roland Dumas, ministre socialiste des Affaires étrangères, à Téhéran, alors que l'Iran célèbre le dixième anniversaire de la Révolution islamique.
- Septembre 1989 - Mitterrand confie à François Scheer la formalisation d'un accord définitif de règlement du contentieux franco-iranien.

- 29 décembre 1991- Signature de l'accord franco-iranien. L’Iran est pleinement rétabli dans son statut d’actionnaire d’Eurodif, avec les droits afférents, notamment celui de prélever 10 % de l’uranium enrichi (à des fins civiles) par le consortium. Au cours des dix années de crise, l'Iran a acquis diverses installations nucléaires (réacteurs, équipements d'enrichissement de l'uranium...) à des alliés des Etats-Unis tels que l'Allemagne, l'Argentine, la Chine ou le Pakistan.
Accords Franco-Iranien & Franco-Russe

- 8 janvier 1995 - Signature d'un accord de coopération nucléaire entre l'Iran et la Russie, portant notamment sur l'achèvement de la centrale de Bushehr.

- 1997 - Signature d'un accord de fourniture d'uranium enrichi entre la France et la Russie. Parallèlement, la coopération nucléaire russo-iranienne se renforce.


- Printemps 1998- Double série d'essais nucléaires en Inde et au Pakistan. Les essais indiens sont en réalité israélo-indiens, tandis que les pakistanais sont irano-pakistanais. L'Iran est une puissance nucléaire effective.


- Octobre 1999 - Voyage à Paris de Khatami à l'invitation de Jacques Chirac. A la fin de son séjour, il se rend au Panthéon où il dépose une gerbe sur les tombes de Pierre et Marie Curie, les pionniers français de l'atome.

14 décembre 2001 : Prière de Vendredi - Téhéran

Hachemi Rafsandjani Ex-Président de la République Islamique, sous mandat d’arrêt International suite à l’affaire de la Tuerie du MYKONOS (du nom d’un Restaurant), déclare qu’il n’est pas exclu que son pays opère une frappe nucléaire contre Israël et déclenche une troisième guerre mondiale.

http://www.iran-resist.org/article167[/url]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fritz
Admin


Nombre de messages : 147
Date d'inscription : 24/09/2005

MessageSujet: Eléments épars.   Mer 5 Avr 2006 - 19:21

Bonjour à tous,


J'ai parcouru le livre Noir Chirac pour voir ce que je trouvais comme éléments
concernant la France et le nucléaire iranien, et plus généralement le nucléaire au Moyen Orient.

Voici ce que je trouve :

Selon l'auteur, François-Xavier Verschave, la nucléarisation simultanée de l'Iran et de l'Irak
provient d'une idée franco-américaine surgie à l'occasion du choc pétrolier de 1973.

Inquiets de voir surgir au Moyen Orient de grandes puissances pétrolières,
Paris et Washington décident de les ligoter par des accords nucléaires
qui auront en prime le mérite de créer dans la région un équilibre
de la terreur lui-même gage de stabilité.

Dès lors, Jacques Chirac, premier ministre de 1974 à 1976, signe avec Saddam Hussein
des contrats pharaoniques : l'aéroport de Bagdad, livraisons d'armes,
édification de barrages hydro-électriques, et coopération nucléaire,
précisément construction d'une centrale nucléaire à Osirak
(surnommée "Ochirac" par les Israéliens).

Le 20 novembre 1974, le ministre de l'Industrie français Michel d'Ornano signe avec Téhéran
un contrat pour la constuction de deux centrales d'enrichissement de l'uranium en Iran
(contrats sous licences américaine). L'Allemagne signe pour la construction de deux autres
(mêmes licences). Henry Kissinger surveille tout cela de très près et est partie prenante
dans les négociations avec le Chah.

Le 9 septembre 1975, de son côté, Saddam Hussein annonce dans La semaine arabe :
"L'accord que nous avon signé avec la France est le premier pas concret
vers la production de la bombe atomique arabe
."

Là-dessus, le Chah est renversé par Khomeiny, avec, dit Dominique Lorentz,
cité par François-Xavier Verschave, la bénédiction de Paris et de Washington,
irrités des projets d'hégémonie de Téhéran.

Pour faire bonne mesure, le 7 juin 1981, l'aviation israélienne détruit la centrale d'Osirak,
non sans s'être au préalable mis d'accord avec la France et les Etats-Unis.

Mais en janvier 1982, le ministre français des Affaires étrangères Claude Cheysson
annonce la poursuite de la coopération nucléaire franco-irakienne.
En mars 1983, Technicatome et le CEA, entre autres, signent avec Bagdad
un contrat de reconstruction d'Osirak et de livraison du reliquat d'uranium enrichi.

Parallèlement, de 1985 à 1990, 750 entreprises américaines fournissent du matériel
au ministère de la Défense et à la Commission de l'Energie Atomique irakiens.

Entre-temps, Georges Besse, qui a supervisé la construction
de toutes les centrales nucléaires françaises d'enrichissement de l'uranium,
est assassiné le 17 novembre 1986 devant son domicile. Le soir même du meurtre,
le quai d'Orsay annonce un accord partiel avec l'Iran, qui recevra un premier dédommagement
de 330 millions de dollars.





George Besse.



Un an et demi plus tard, le 6 mai 1988, l'AFP publie le nouvel accord nucléaire
signé entre Paris et Téhéran pour "l'octroi sans restriction"
à l'Iran de licences d'exportation d'uranium enrichi d'Eurodif vers l'Iran.

Le 8 mars 1991, Michel d'Ornano, signataire de l'accord Eurodif, disparaît à son tour
de la circulation, écrasé par une voiture (pardon pour le très mauvais jeu mots, involontaire).

Symboliquement, le 27 octobre 1999, le président iranien Khatami, en visite en France,
se rend au Panthéon pour... y déposer des fleurs sur la tombe de Pierre et Marie Curie !

Voilà donc quelques éléments très épars.

J'ignore s'ils sont de nature à susciter une réflexion intéressante, et je n'ai pas le temps
dans l'immédiat de les recouper avec les informations des deux premiers posts.





Fritz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Iran...actionnaire dans le nucléaire français?   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Iran...actionnaire dans le nucléaire français?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TRICASTIN : "Sortir du nucléaire" réclame une date d'intervention à EDF pour la barre "suspendue"
» Ventilation nucléaire
» Le nucléaire dans la marine nationale
» Nucléaire dans le Cotentin
» Sources et centrale nucléaire ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Phoenix :: Général-
Sauter vers: