Phoenix

Le monde et le pouvoir
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Un site révisionniste.

Aller en bas 
AuteurMessage
Fritz
Admin


Nombre de messages : 147
Date d'inscription : 24/09/2005

MessageSujet: Un site révisionniste.   Sam 3 Déc 2005 - 17:23

Bonjour à tous,


En cherchant des infos sur Auschwitz/Birkenau
suite à la lecture du témoignage de Simone Veil
dans Le Monde 2 hors-série spécial 1945,
je suis tombé par hasard sur un site révisionniste.
C'était la première fois de ma vie que j'en voyais un.
C'est hal-lu-ci-nant, il n'y a aucun autre terme possible.

http://judicial-inc.biz/Auschwitz.htm

J'en ai la respiration coupée.


Fritz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thermic



Nombre de messages : 58
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 18/09/2005

MessageSujet: Sujet très particulier.   Dim 4 Déc 2005 - 20:00

Bonjour Fritz,



Voilà un sujet qui m’embête bien parce que je ne sais pas trop quoi en penser. Ici avec ce site dont l’adresse me dit quelque chose on aboutit directement à ce qui se fait de pire et de plus ridicule. As-tu été voir la page d’accueil ? Elle en dit long.

Il ne s’agit pas ici de révisionnisme mais de négationnisme pur et dur : on n’a jamais gazé le moindre juif en 40 et Auschwitz était un camp de vacances !

Le révisionnisme ne nie absolument pas les chambres à gaz ou les camps. Il n’en fait pas non plus des lieux de villégiatures. Le révisionnisme est une démarche ordinaire qui fait partie du métier des historiens mais qui est légalement interdite dès que l’on aborde la question des camps de la 2 GM. Le révisionniste, qu’il s’attaque au moyen-âge, à l’antiquité ou à (presque) n’importe quelle autre partie de l’histoire se base sur des documents, des faits, des témoignages et d’autres études. Cela aboutit à des querelles d’historiens. Des querelles comme il y en a dans toutes les professions.

Il y a quelques années, peut-être bien à l’occasion d’une commémoration de plus, je me suis demandé combien il y avait eu « d’autres » victimes des camps. D’où elles étaient, qui elles étaient, etc… J’ai commencé à chercher. J’ai consulté des tonnes de sites en différentes langues et j’ai partout fait le même constat. En dehors des juifs pour lesquels différents chiffres abondent il n’existe rien ou presque pour les autres.
Comme tu peux l’imaginer je suis très vite tombé sur des écrits négationnistes (rarement aussi ridicules que ceux que tu montres) et des écrits révisionnistes. Ces derniers insistent d’ailleurs très fort sur un point : ils ne sont pas négationnistes mais historiens. Mais en dehors des juifs toujours pas de chiffres. Sauf parfois pour les homos, soyons francs.

Je me suis donc résolu à écrire à différentes organisations. Je les ai toutes prises. Sans faire de distinction. J’ai pris soin d’envoyer séparément à chacun le même texte que je dois encore avoir quelque part. Je demandais prudemment si l’on possédait des chiffres pour les autres étoiles. Je m’étais bien gardé de citer moi-même le moindre chiffre ou la moindre estimation. J’avais appris entre-temps qu’il y avait toute une collection d’étoiles de différentes couleurs et même que certains prisonniers appartenant simultanément à différentes catégories en portaient une avec deux teintes. J’espérais vraiment avoir une réponse.

Sur près de vingt envois je n’en ai eu aucune. Je ne me suis pas découragé et j’ai envoyé un rappel contenant le message d’origine plus un petit mot pour dire mon étonnement. J’ai reçu, si je me rappelle bien, trois réponses. Une d’insultes d’un site juif se voulant gardien de la mémoire, une autre, également d’un site juif me disant que l’on ne savait pas et enfin une dernière d’un site révisionniste qui m’avertissait amicalement que je mettais les pieds là où il ne fallait pas mais qui ne me donnait aucune réponse.

Ce que je résume ici en quelques mots m’avait en réalité pris plusieurs mois et de très nombreuses heures de lecture. A moins que la loi ne change je ne saurai sans doute jamais et toi non plus. Le sujet est interdit et les sites qui contestent la vérité officielle (qui a pourtant fait l’objet de plusieurs corrections au fil du temps) sont surveillés. Je suis même tombé sur des décrets officiels français (assez anciens, des années 60) qui classaient confidentielles certaines stats.

Ton site est en tout cas révélateur des tensions et des délires qui accompagnent cette question.
Moi j’en reste à ce que j’ai toujours cru : l’interdit n’arrange rien, et surtout il se justifie encore moins quand il fait figure d’exception. La discussion devrait être ouverte comme elle l’est dans les autres domaines de l’histoire et de la recherche en général.


Th.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fritz
Admin


Nombre de messages : 147
Date d'inscription : 24/09/2005

MessageSujet: Réécriture de l'Hisoire.   Mar 6 Déc 2005 - 14:33

Bonjour Thermic,


Effectivement, lorsque je disais "révisionniste", je pensais "négationniste".
Mais sous le coup de la stupéfaction, j'ai allègrement sauté le distinguo.

Etonnante, étonnante, ton enquête. Je suis surpris qu'une investigation
concernant les chiffres des camps nazis rencontre autant de faux-fuyants.
L'holocauste n'est tout de même pas un sujet confidentiel, à ma connaissance.

En revanche, il est vrai qu'historiquement, la vision généralement admise
des camps nazis était pervertie à des fins politiques.
En 1945, le distinguo camp de concentration/camp d'extermination n 'existait pas.
Il y a avait une seule catégorie : "les déportés".

Et les rares survivants de l'Holocauste lui-même n'ont pu parler.
Parce qu'ils n'étaient pas en état de parler, et aussi parce que personne ne les écoutait.

A la libération, les noms des camps qui reviennent en boucle
sont Dachau, Ravensbrück, Buchenwald, Mauthausen, etc...

Mais d'Auschwitz/Birkenau, de Chelmno, de Sobibor et de Treblinka, point.
En 1945, le génocide des Juifs n'a pas une visibilité proportionnelle à l'ampleur du fait.

Au vrai, cela arrange certanis : la génération qui prend le pouvoir en France,
partiellement héritée de la Résistance, voit parfois
dans ses galons de déporté un permis d'avoir raison et donc un redoutable piédestal politique .
Que par ailleurs, six millions de Juifs aient été mécaniquement éliminés,
cette question n'est pas au premier plan : ont-ils résisté, eux ?
Sans compter une partie de la population française qui, en son for intérieur,
n'aurait pas été mécontente si Hitler avait pu "finir le boulot"
- certaines réflexions pas toujours très fines entendues par des survivants
à leur retour en France sont révélatrices à ce sujet.

Enfin, s'enorgueillir d'avoir eu le courage de se dresser face à la barbarie,
au point de finir dans un camp, c'est souligner son héroïsme,
qu'il soit indiscutable ou cosmétisé.

En revanche, pas de quoi pavoiser avec un profil de victime.
Et entre fêter les héros et pleurer les victimes, Monsieur Tout-le-monde
préfère... les héros - surtout en un temps où les gens ont tant pleuré
qu'il ne leur reste plus de larmes à verser.

Et l'Union Soviétique qui en a rajouté une couche : le fait que des communistes
de toutes les nations, particulièrement soviétiques, aient atterri dans les camps
leur ouvre toutes grandes les portes du club des combattants de la Juste Cause :
l'Armée Rouge se voit béatifiée, du pain béni pour Moscou.
Inutile, dans ces conditions, de s'attarder sur le fait que les camps aient tué
infiniment plus de Juifs que de Soviétiques.

Au total, toutes les conditions étaient réunies pour une semi-cécité.
Ce n'est qu'avec les décennies que le coeur du génocide juif,
dans son unicité et dans son ampleur, a pris corps
dans la conscience collective.

De nos jours, la différence entre un camp de concentration
et un camp d'extermination s'est clarifiée, grâce aux travaux
de chercheurs, de militants, d'écrivains, de cinéastes.
Le tours de passe-passe autour du génocide sont démasqués.

Par contre, ce qui reste suspect, c'est qu'on cherche encore aujourd'hui à dissimuler
les chiffres concernant les homosexuels, les Tziganes, bref les catégories minoritaires.
Je ne comprends pas bien où se situe la motivation de cette attitude.
Un dernier combat d'arrière-garde de la part de ceux
qui refusent encore d'accorder aux Juifs la simple vérité ?



Fritz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jomini



Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 06/08/2007

MessageSujet: L'histoire censurée   Mar 21 Aoû 2007 - 0:18

Bonsoir à tous les deux,

et merci pour ces précisions Thermic. Très interessé par ce sujet, serait-il possible d'avoir le détail de votre démarche ?

Pour ce que je trouve à droite et à gauche, des zones d'ombres subsistent et votre travail de prospection m'aiderai à les éclaircir.

Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un site révisionniste.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un site révisionniste.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» un nouveau site t'entraide
» que choisir: accès gratuit au site pdt 30 j
» site de Pepette "Aux Belles Serviettes"
» Japonmania > Site internet
» Un nouveau site : Symbioza

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Phoenix :: Histoire-
Sauter vers: